Planter des arbres, semer la vie, nouveau projet

Planter des arbres, semer la vie, nouveau projet

Planter des arbres… Dernièrement j’ai lu l’intervention d’un internaute qui disait que l’homme était le virus et le covid 19, son vaccin. Bon c’est vrai que cette citation est un peu excessive mais non dénuée de sens. Au cours de ces dernières décennies nous avons fondamentalement modifié notre environnement, de manière excessive, de manière irresponsable. Des mesures drastiques s’imposent et ce qui se passe à ce jour avec l’épidémie du coronavirus montre à quel point des actes forts peuvent interagir positivement et rapidement sur notre environnement. Tout comme moi vous avez du découvrir les nombreuses images de villes émergeant des brumes de pollution, ces villes offrant un nouveau visage sous fond de ciel bleu, une couleur que certains enfants des mégapoles n’avaient jamais vu. Et tous ces canaux de Venice se parant d’eau transparente où reviennent s’ébattre des cygnes que l’on croyait disparus, voire même des dauphins sous les pontons du port.

Certes cette épidémie peut être terrifiante car elle nous montre à quel point nous sommes fragiles et éphémères sur cette terre. Ce n’est un secret pour personne, nous avons besoin de la terre pour vivre mais elle n’a absolument pas besoin de nous pour continuer à tourner, à évoluer et à réparer notre vandalisme. Pour moi cette épidémie est un coup de semonce, un ultime avertissement sur nos modes de vie suicidaires et destructeurs, une opportunité qu’il nous faut saisir. Surtout que les solutions sont là, simples et rapides à mettre en place pour la plupart d’entre nous. Dans notre ferme organique par exemple cela se fait au travers de la permaculture, du partage de nos connaissances auprès des écoliers de notre village, de la mise en place d’un espace d’agroforesterie, de la plantation de graines biologiques libres de droits et reproductibles de notre partenaire Kokopelli, de notre volonté d’accéder à l’autosuffisance,… et de notre tout nouveau projet qui est de planter des arbres. Mais cela ne va pas se limiter au simple fait de planter des arbres, nous allons aller bien au delà de cela comme vous allez vous en rendre compte dans la suite de cet article. Car notre but n’est pas de planter quelques dizaines ou centaines d’arbres, mais bien plus, beaucoup plus. Lisez et découvrez.


Pourquoi planter des arbres ?

Depuis des années on est tombé dans la folie des productions industrielles, des cultures contre nature où le profit surclasse le bon sens et la raison.
On a rasé quantité de forêts, détruits les bosquets, les haies, déraciné des arbres séculaires, nivelé, arasé, formaté, uniformisé,… On a joué aux apprentis sorciers, faisant fi d’une évolution millénaire au profit d’une mécanique et d’une chimie destructrices. Les résultats sont là, catastrophiques, cataclysmiques, et pourtant le profit aveugle continue à régner en maître. Quoi que non !!! Nous sommes entré dans une nouvelle ère où nombre de personnes veulent reprendre leur habitat en main, où des concepts comme la permaculture, le bio, l’agroforesterie, l’autosuffisance ou autres alternatives similaires ne sont plus vues comme des lubies de chevelus nostalgiques des années hippies. De plus en plus de personnes sont désormais conscientes que nos modes de production et de consommations doivent évoluer. Des projets voient le jour, les consciences s’éveillent. Et puis surtout des voix s’élèvent et se répandent grâce à la magie des réseaux sociaux, de la toile numérique. Je pense par exemple à des sites d’informations indépendants, “ adogmatiques, apartisans et hermétiques aux théories qui ne soient pas motivées par la raison… » pour paraphraser l’excellent site de « Mr Mondialisation ».

Tout cela pour vous dire que nous avons aussi décidé d’agir à notre échelle. Ceux qui nous suivent connaissent déjà tout ou partie de nos activités comme la permaculture, la construction naturelle, le woofing ou encore notre activité phare, du moins celle qui nous tient le plus à coeur : le développement de potager bio au sein de l’école de notre village.
Mais nous avons décidé d’aller plus loin. D’abord avec notre projet d’agroforesterie dont je parle dans cet article. Le concept est simple, recréer un espace naturel où des arbres abriteront d’autres strates végétales qui se complèteront entre elles et seront productives.

Les arbres ont une grande importance, que ce soit pour fertiliser et aérer les sols, stabiliser les terrains, redonner un habitat aux animaux, aux insectes, aux oiseaux, produire des fruits, des matériaux naturels, servir de couverture végétale pour les productions, pour les habitations, stocker le carbone et produire de l’oxygène,…

Ce projet d’agroforesterie a déjà vu le jour mais cela nous a donné une autre idée… Voilà donc venu le moment de vous parler de notre nouveau projet


Produire et planter, notre projet, ensemble

Comme je l’ai expliqué précédemment, notre projet est de planter des arbres sur notre terrain, que ce soit dans le cadre de l’agroforesterie ou bien de la reconstitution d’un habitacle naturel avec tous les avantages que j’ai décrit dans le paragraphe avant.
Mais ce projet dépasse largement le cadre de notre ferme organique. L’équipe enseignante de l’école du village a déjà montré son vif intérêt pour notre nouveau concept de planter des arbres. Il faut dire qu’il y a de la place pour un tel projet pédagogique, en plus des potagers biologiques.
Je ne sais pas si vous vous en rendez compte mais les projets que nous menons dans cette école ont une forte portée sur les parents des enfants et, petit village oblige, sur les gens des environs tant le concept du bouche à oreille est vivace ici. Bref nos projets interpellent et intéressent de plus en plus de personnes. Au passage je ne peux m’empêcher d’exprimer ma satisfaction, voire ma joie, quand je vois des enfants de l’école expliquer l’intérêt de certaines de nos techniques à leurs parents ou grands parents. La plupart d’entre eux sont des fermiers qui malheureusement ont basculé sur des cultures uniques, dévastatrices et gourmandes en produits chimiques. Mais ces fermiers sont aussi prisonniers des cours, que ce soit pour la vente de leur riz, du manioc, de la canne à sucre,… En découvrant les potagers didactiques de l’école ils se rendent compte qu’il est possible de produire naturellement et suffisamment. Premièrement pour gagner en autonomie alimentaire et ensuite, avoir du surplus à revendre sur les marchés locaux.

Peu à peu nous avons des fermiers des environs qui nous visitent. Au début ils passaient sur la route bordant nos potagers, en moto, ralentissant discrètement. Nous faisions un petit salut de la main qu’ils nous rendaient avec un grand sourire. Plus le temps passaient et plus la vitesse de leur moto diminuait, jusqu’au jour où certains se sont arrêtés, juste pour observer. Mon épouse a été d’une aide appréciable à ce moment là, allant les saluer et entamant la conversation avec eux. Pour être franc, il n’a pas fallu insister beaucoup pour qu’ils visitent notre terrain, les visites entre voisins sont choses fréquentes et culturelles ici, comme les coups de main à certaines périodes.
Bref nous avons de plus en plus de personnes qui nous visitent et ce n’est pas de la curiosité mais bien de l’intérêt pour ce que nous entreprenons, pour les résultats que nous affichons.

Nous leurs avons expliqué notre projet d’agroforesterie et notre volonté de planter des arbres. Quand je dis planter des arbres je ne parle pas bien sûr de faire comme certains fermiers des environs qui reçoivent des plants qu’ils planteront par centaines et qui seront ensuite coupés par une célèbre société thaïlandaise produisant du papier. En fait il s’agit plutôt dans ce cas là d’une location de terrain et la plantation de ces plants n’apportent pas grand chose, tant en terme de revenus que d’aspects positifs pour l’environnement. Non, notre projet est de planter quantité d’essences différentes, de planter des arbres qui auront chacun des fonctions spécifiques, que ce soit pour ombrager, produire des fruits, servir d’habitacle pour des animaux et des insectes, pour stabiliser les sols, les drainer, les nourrir,…Notre ferme va servir de laboratoire d’essais, de centre didactique, de lieu d’apprentissage, tout comme l’école. Notre but est de former, d’expliquer mais aussi, de fournir des plants à tous les fermiers des environs qui voudront planter des arbres afin de reproduire tout ou partie de nos modes de production naturels. Mais bon, vous imaginez bien que tout cela à un coût, il faut compter au minimum 500 bahts pour produire un plant, voire d’avantage pour certaines essences, et notre but est de distribuer gratuitement les plants aux habitants et fermiers des environs. Bref, pour que notre projet aboutisse il faut que nous puissions produire et fournir gratuitement un maximum d’arbres à planter. 
Nous voulons recréer des ilots d’espace naturels et productifs au niveau local. Nous allons partager nos expériences, via les réseaux sociaux et tous les médias qui le voudront bien, la finalité étant de transmettre nos idées et notre savoir faire afin que ce projet se répercute à d’autres régions, à d’autres pays. En cette période de réchauffement climatique n’est il pas original et bénéfique d’espérer un effet boule de neige…???

Cet article a 5 commentaires

  1. Un très beau projet !
    J’espère que vous allez tous bien en ces temps difficiles, prenez soin de vous.
    Anne-marie Parmentier

    1. BIOman

      Oui aucun problème par ici, c’est là que nous commençons à apprécier les avantages de l’autosuffisance et d’une vie saine.

  2. Yvette

    Ca fait chaud au coeur de vous lire… quel beau nouveau projet!

Laisser un commentaire