wwoofing en thailande, vivre en thailande, retraite en thailande

Ces plantes qui nous soignent. Renforcer notre système immunitaire et lutter contre les infections


Il est probable que les humains utilisent les plantes comme médicaments depuis aussi longtemps que nous existons…

Des fouilles archéologiques datant d’il y a 60 000 ans ont trouvé des restes de plantes médicinales connues et encore utilisées de nos jours…

Depuis le début, les humains ont expérimenté les plantes pour apprendre comment elles peuvent nous aider à guérir. Essentiellement, les humains sont impliqués depuis des milliers d’années dans un vaste « essai clinique » avec les plantes médicinales. La sagesse qui a résulté de cette expérience mondiale est une grande partie de notre histoire de guérison et de nos soins de santé…

Il est possible que le tout début de notre intérêt pour les pouvoirs curatifs des plantes viennent de l’observation des animaux qui utilisent ces plantes…

Dans de nombreuses cultures anciennes, la connaissance des propriétés curatives des plantes venait de la pratique du chamanisme, qui est une sorte de médecine spirituelle encore pratiquée dans de nombreuses régions du monde. Certains chamans communiquent avec certaines plantes pour accéder à des connaissances sur d’autres plantes et techniques de guérison.

Il semble y avoir un lien intuitif entre les humains et les plantes qui permet à certaines personnes sensibles, dans des circonstances particulières, de se mettre à l’écoute du potentiel de guérison des plantes.

Les plantes sont-elles utilisées dans les produits pharmaceutiques aujourd’hui ?

La plupart des scientifiques pensaient qu’il n’était pas nécessaire d’utiliser les plantes elles-mêmes dans les médicaments car les chimistes pouvaient synthétiser des composés plus puissants (et souvent plus toxiques) que les produits naturels offerts par la nature. Maintenant, la plupart des produits pharmaceutiques sont des composés synthétiques.

Mais notez que la structure des produits pharmaceutiques synthétiques ressemble souvent à des molécules naturelles. Et comme l’a noté l’éminente chercheuse en botanique Joanne Raskin dans son étude de 2002, 11% des 252 médicaments considérés comme essentiels par l’organisation mondiale de la santé sont exclusivement dérivés de plantes à fleurs…  

Le rôle des plantes dans les soins de santé aujourd’hui…

Entre 1990 et 1997, l’utilisation de médicaments botaniques a augmenté de 380%. En 2010, la vente au détail mondiale de compléments alimentaires botaniques s’élevait à plus de 25 milliards de dollars, selon Nutraceuticals World. En dehors des États-Unis, l’Organisation mondiale de la santé rapporte que 75 à 85% de la population mondiale continue de se soigner avec des médicaments botaniques dispensés par les guérisseurs traditionnels pour les soins de santé primaires, comme ils l’ont toujours fait.

Les scientifiques ont renouvelé leurs efforts pour étudier les plantes médicinales, ce qui a permis d’accroître les preuves scientifiques de l’innocuité et de l’efficacité de nombreux médicaments botaniques, en particulier pour les maladies chroniques et le maintien de la santé. En outre, les écoles de pharmacie et de médecine ont relancé les cours d’herboristerie et de pharmacognosie scientifiques. Les écoles de médecine neuropathique et holistique deviennent de plus en plus populaires.

L’acceptation croissante des médicaments botaniques semble devoir se poursuivre, pour de bonnes raisons généralement. Si les médicaments botaniques sont utilisés judicieusement, sur la base de bonnes preuves scientifiques et de bonnes pratiques thérapeutiques, alors ils peuvent et doivent avoir leur place dans la médecine moderne.

Les plantes médicinales

Il faut donc distinguer l’usage de la Phytothérapie, des médicaments classiques. Ces derniers ont prouvé leur efficacité grâce à leur action rapide et puissante tandis que la phytothérapie permet une action en profondeur et stimule davantage les défenses naturelles à se prémunir par elle-même. L’usage de la phytothérapie est donc particulièrement adapté à un traitement de type préventif (fatigue, baisse de forme, rhumes…)
La phytothérapie est aussi, particulièrement recommandée, dans le traitement des affections chroniques légères (rhumatisme, stress, anxiété…). Ainsi, elle évite, dans certains cas, l’exposition à une panoplie d’effets secondaires engendrée par l’usage des médicaments classiques, en s’y substituant.

Qu’en est-il en Thaïlande ? 

Dans les communautés rurales de Thaïlande, les guérisseurs traditionnels jouent toujours un rôle important dans les systèmes de santé locaux même si la médecine moderne est facilement accessible. Pendant ce temps, les forêts naturelles de Thaïlande, qui sont d’importantes sources de matière médicale, sont en grande partie détruites. Cela a conduit à une érosion de la médecine traditionnelle thaïlandaise. De plus, le concept de sélection des plantes médicinales en tant que médecine basée sur leurs goûts est toujours une composante importante de la médecine traditionnelle thaïlandaise, mais aucune ou peu de publications n’ont été rapportées. Ainsi, le but est de collecter des données ethno médicinales, des goûts des plantes médicinales et des informations pertinentes auprès des guérisseurs traditionnels expérimentés avant le savoir ne soit totalement perdu.

Au total, 151 plantes médicinales ont été documentées et 98 d’entre elles sont rapportées dans l’étude. Les noms locaux, les usages médicinaux, les parties utilisées, les modes de préparation et la relation entre les affections et les goûts des espèces de plantes médicinales sont présentés.

Les guérisseurs traditionnels sont toujours considérés comme importants pour la santé publique parmi les communautés thaïlandaises et que de nombreuses personnes font confiance aux propriétés curatives des plantes médicinales. À l’avenir, on espère que la médecine traditionnelle thaïlandaise sera reconnue et pourra ainsi contribuer au maintien de la santé et du bien-être naturel de l’humanité…

Plats de la Thaïlande rurale
Plats de la Thaïlande rurale

Les aliments médicaments…

Le goût traditionnel de la cuisine thaïlandaise réside dans la combinaison de quatre goûts clés ; sucré, salé, acide et amer qui s’équilibrent pour vous donner ce goût distinctif de la Thaïlande…

Mais ce n’est pas tout… En Thaïlande, surtout dans les campagnes, il existe toujours cette notion de manger utile… En effet, il est très fréquent que l’on accompagne certains plats de feuilles, herbes et fleurs qui poussent dans la nature environnante. Toutes les herbes aromatiques et les plantes comestibles ont chacune leurs propriétés, en les mangeant régulièrement elles aident l’organisme à bien fonctionner. 

Depuis quelques temps, la recherche sur les plantes médicinales c’est fortement accélérée en Thaïlande, depuis qu’il a été prouvé que certaines herbes médicinales thaïlandaises, déjà utilisées et connues depuis très longtemps pour leurs actions de protection du système immunitaire et respiratoire, avaient le pouvoir de minimiser les symptômes du Covid 19 et de renforcer le système immunitaire des personnes en bonne santé afin de pouvoir luter efficacement contre les infections.

Voici donc ces plantes et leurs bienfaits...

Le Fa Talai Jone, Andrographis Paniculata

Fah talai jone Vichien Keeratinijakul
Fah talai jone Vichien Keeratinijakul

Herbe d’origine asiatique dont l’extrait est reconnu pour ses bienfaits protecteurs grâce à ses composés uniques appelés andrographolides.
L’andrographis est employée depuis des centaines d’années pour traiter la fièvre et les infections respiratoires dans plusieurs médecines traditionnelles asiatiques.

En Médecine traditionnelle ayurvédique (Indouiste), elle entre dans la composition de nombreuses formules, dont plusieurs sont utilisées pour stimuler l’appétit, la fonction biliaire et la digestion, ainsi que pour traiter des maux d’ordre gastrointestinal.

Elle est aussi très employée en Médecine traditionnelle chinoise pour « débarrasser le corps de la chaleur excessive et des toxines », notamment celles logées dans les poumons, la gorge et les voies urinaires.
Mécanismes d’action : effets immunostimulants (augmente les défenses immunitaires), anti-inflammatoires et fébrifuges (fait baisser la fièvre).

En raison de son amertume très tenace dans la bouche, le Fah Talai Jone est principalement consommé sous forme de capsules ou de cachets.

Capsules de Fah Talai Jone
Fah Talai Jone capsules

Au cours de nombreux essais clinique à double insu avec placebo, on a observé que les sujets prenant l’extrait d’andrographis, (200 mg par jour d’un extrait normalisé à 5,6 % d’andrographolide, soit une faible dose) étaient deux fois moins nombreux à contracter une infection respiratoire que ceux prenant le placebo.

Cet article du Bangkok Post datant du 19 Avril 2021 nous explique en détail comment utiliser cette plante contre le Covid 19.

« A promising development in the fight against Covid…Recent trials show how a domestically developed herbal remedy may unlock the mysteries of beating the coronavirus disease. »

Le Krachai Kao, Fingerroot, Boesenbergia Rotunda

Le Krachai Kao, Fingerroot, Boesenbergia Rotunda

Boesenbergia rotunda (Famille : Zingiberaceae) connue sous le nom de fingerroot est un ingrédient alimentaire quotidien et une plante médicinale traditionnelle en Asie du Sud-Est et en Indochine. Il a été démontré qu’il possède des activités anti-allergiques, antibactériennes, anticancéreuses, anti-inflammatoires, antioxydantes et anti-ulcéreuses et aide également à la cicatrisation des plaies.

Ses composants phytochimiques communs comprennent les alcaloïdes, les huiles essentielles, les flavonoïdes et les composés phénoliques. Cette plante est riche en boesenbergine, krachaizine, panduratine et pinostrobine, qui contribuent toutes à ses propriétés curatives.

Cette racine est utilisée dans la cuisine thaïlandaise pour de nombreux plats, son gout n’est pas désagréable et on peut en ajouter dans les jus de fruits ou les smoothies.

Fingerroot smoothie

Le gingembre, Zingiber officinale…

Le gingembre, Zingiber officinale…
Le gingembre, Zingiber officinale…

Le gingembre est tout d’abord connu pour ses vertus aphrodisiaques.

Depuis plus de 6 000 ans en Asie (Inde, Chine), les rhizomes de gingembre sont utilisés pour le traitement des maux d’estomac et des nausées. Ils sont aussi connus pour ses usages culinaires.

Les marchands arabes ont longtemps pratiqué le commerce de l’ « épice blanche » entre l’Asie du Sud et la Grèce ou l’Empire romain, selon les époques. On attribue au gingembre de nombreuses qualités médicinales. Il est tout d’abord réputé pour favoriser la digestion. Des études ont par ailleurs montré qu’il serait efficace pour lutter contre le mal des transports, ainsi que contre les nausées et les vomissements liés à la grossesse. En outre, ses composés antioxydants permettraient de prévenir les maladies cardiovasculaires et certains cancers.

Mais ce n’est pas tout, contenant des substances antivirales, il lutte contre les maux de gorge, l’inflammation des muqueuses et la toux.

Il existe plusieurs manières d’utiliser le gingembre afin de combattre un mauvais rhume. La méthode la plus simple et la plus courante est de consommer du gingembre sous forme de tisane. Pour la préparer, laissez infuser pendant 10 minutes une cuillère à soupe de gingembre râpé dans une tasse d’eau chaude. Vous pouvez aussi vous laisser tenter par un bain chaud dans lequel vous ajoutez 5 tranches de gingembre. Les vapeurs vous dégagent le nez et vous permettent, une fois que vous êtes sorti de l’eau, de transpirer afin d’évacuer les toxines.

Cet article du site nature.com nous explique en détail l’action très prometteuse de ces deux racines contre le Covid 19 et autres SARS.

« High-content screening of Thai medicinal plants reveals Boesenbergia rotunda extract and its component Panduratin A as anti-SARS-CoV-2 agents. »

Généreusement arrosée par la pluie, la Thaïlande abrite une flore très diverse : les
botanistes y ont identifié quatorze types de forêts, où poussent 15 000 espèces végétales.
Les Thaïlandais ont fait preuve d’imagination pour en exploiter toutes les ressources :
certaines plantes se retrouvent dans leur assiette ; d’autres sont utilisées pour leurs
propriétés curatives ; d’autres encore possèdent ces deux qualités et sont en conséquence très recherchées…

Un monde à découvrir… La suite dans nos prochains articles…


Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :