Agriculture naturelle, le bon choix

Les nouvelles agricultures, un pacte d’amour avec la nature…


Introduction

De nos jours le monde va si vite, trop vite… Il va mal, la vie sur notre planète bleue est en souffrance…

Pour se nourrir, les humains, de plus en plus nombreux, ont inventé un grand nombre de procédés, de machines, de produits pour récolter plus vite et en plus grande quantité…
On ne se soucie plus de suivre le rythme des saisons et de la terre, on traite la nature comme un sportif dont on veut qu’il nous donne tout le meilleur de lui-même sans se soucier de son bien-être ni de sa santé…
Mais on ne peut pas exploiter ainsi notre terre, nos ressources naturelles sans conséquences…
En déréglant les rythmes de notre planète, en surexploitant ses ressources par n’importes quels moyens nous appauvrissons son patrimoine, nous empoisonnons notre propre survie…
Un nombre impressionnant d’espèces animales et végétales ont déjà disparu, à jamais très probablement…
Les engrais et désherbants utilisés à outrance ont dérèglé les rythmes naturels des sols, ont instillé leurs poisons dans la terre, l’eau et dans les organismes des animaux et des humains…
Le résultat est tout un cortège de calamités que les humains ne peuvent plus ignorer sans mettre en danger la vie des générations à venir et la vie elle-même sur notre belle planète !

écologie en Thaïlande, permaculture Thaïlande, stage de permaculture en Thaïlande, woofing thailnde
Travailler AVEC la nature et non LA FAIRE TRAVAILLER POUR NOUS…
Stage de permaculture en Thaïlande
Stage de permaculture en Thaïlande
le bio, permaculture, stage en thailande, woofing
La récolte, récompense suprême!

En résumer, pour survivre nous devons travailler AVEC la nature et non LA FAIRE TRAVAILLER POUR NOUS…

L’Ecosystème de la terre c’est un tout : les humains, les animaux, les plantes, la terre, l’eau, l’air, les insectes, les micro-organismes et autres bactéries… Et chaque membre de cet écosystème a son importance et contribue à la survie et au bien-être de toute vie sur notre planète…
Depuis bien des décades des groupes d’humains réalisent tout cela et ont fait naitre des mouvements écologiques un peu partout en espérant propager leurs idées pour la survie et le bien-être des humains et de la nature…
Beaucoup de courants de pensée et de techniques de culture sont nés dans le but unique de produire plus sain, plus propre et de revenir à un équilibre satisfaisant pour tous les êtres vivants sur terre.

Quand à nous, dans notre ferme, nous nous inspirons principalement de Fukuoka et du « natural farming » que nous adaptons à nos valeurs et à nos acquis. Aun, ma femme a acquis son expérience en travaillant dans divers pays et en applicant les techniques que sa famille lui a transmit. Nous aimons pratiquer la permaculture dans notre forêt comestible et sommes fervents de la construction naturelle. 

Je vais vous présenter brièvement ces différents courants pour ensuite vous parler plus longuement de la voie que nous avons choisi et que nous désirons développer, partager et enseigner à qui le désire.
Nous reviendrons plus en détail sur ses différentes techniques et pratiques dans nos prochains articles.

Le Bio...

Le concept d’agriculture biologique est apparu dans les années vingt, en opposition avec l’industrialisation de l’agriculture. C’est le début de la prise de conscience…
L’agriculture biologique est une notion assez vaste et un peu mystérieuse pour les consommateurs. Pour bénéficier de cette appellation, les producteurs doivent remplir des critères stricts, répondant à 4 principes…

1. Le principe de santé : améliorer la santé des hommes, du bétail, mais aussi des plantes, du sol et des organismes vivants. Non utilisation ou la limitation de substances néfastes et polluantes.

2. Le principe d’écologie : les cultures doivent s’inscrire dans le respect des cycles de la terre, mais aussi respecter sa spécificité et ses espèces endémiques. L’exploitation ne doit pas polluer le sol ou l’atmosphère.

3. Le principe d’équité : L’élevage en batterie, la souffrance animale, mais aussi l’exploitation des humains ne peuvent être acceptés. 

4. Le principe de précaution : Les nouvelles technologies ne sont pas refusées, mais étudiées. 

cours de cuisine thai, apprendre à cuisiner thaï, les plats thaïs
Le concept d’agriculture biologique est apparu dans les années vingt, en opposition avec l’industrialisation de l’agriculture...

L’agriculture naturelle ou dite "sauvage" (qui n’a rien à voir avec le Natural Farming)

Le concept d’agriculture naturelle a été développé par le Japonais Masanobu Fukuoka dans les années 1970, en rupture radicale avec l’agriculture industrielle.
Le principe de cette méthode de culture est simple… Si tu ne sais pas ne fait rien, pas de produit chimique, laisse faire… Juste pailler…

Comment peut-on avoir la prétention de faire mieux que la nature ? Dans son livre La révolution d’un seul brin de paille, Masanobu Fukuoka a développé plusieurs principes pour définir l’agriculture naturelle, appelée aussi agriculture sauvage…

Ne pas labourer les champs, ne jamais utiliser d’engrais ou de pesticides, ne pas s’occuper des mauvaises herbes, ne pas tailler, bouturer, etc.

Les seules activités humaines acceptées sont donc les semailles et la récolte. C’est le déséquilibre provoqué par nos méthodes de culture qui impose l’utilisation de produits chimiques.

Les insectes et les maladies sont présents dans la nature mais ils n’affectent pas les plantes sauvages avec autant de virulence. C’est parce que nos plantes sont fragilisées qu’elles sont sensibles aux maladies et aux parasites. Faisons totalement confiance à la nature, prenons le temps d’observer ses mécanismes sans intervenir, c’est la base pour voir fleurir notre potager selon le principe de l’agriculture naturelle…

Masanobu Fukuoka est considéré par un grand nombre de personnes comme le précurseur de la permaculture et un grand philosophe. Nous vous conseillons fortement de lire son livre La révolution d’un seul brin de paille qui est non seulement une oeuvre de reference mais également une source de sagesse et de bon sens.

Masanobu Fukukoa
Masanobu Fukuoka

Né le 2 février 1913 à Iyo et mort le 16 août 2008, est un agriculteur japonais. Ses recherches, inspirées de ses racines culturelles zen, taoïste, shinto, bouddhiste, vont dans le sens d’une unification spirituelle entre l’Homme et la Nature. À partir des années 1980, ses expériences rencontrent progressivement une reconnaissance mondiale, et il multiplie les conférences et les rencontres internationales. Sa ferme devient un lieu d’échange sur ses pratiques pour les experts et les curieux venus du monde entier. 

Références : Wikipedia

Le « natural farming », notre choix pour l'avenir, naturellement adapté à notre milieu de vie…

L’agriculture naturelle a une grande histoire de plus de 50 ans…

La fondation du « natural farming » a eu lieu en Corée en 1967 par Hankyu Cho. Depuis lors, Mr Cho a commencé à introduire cette méthode dans d’autres pays asiatiques tels que le Japon, la Chine et les Philippines ainsi que d’autres régions de Corée. Le « natural farming » et ses activités ont pris un sérieux essor après que son entité juridique fut approuvée par le ministre de l’agriculture et des forêts de Corée en 1994. Jusqu’à présent, plus de 18 000 personnes ont été formées au « natural farming ». Le « natural farming » a également été introduit dans plus de 30 autres pays. C’est une preuve vivante que Le « natural farming », qui s’appuie sur les micro-organismes indigènes, peut être mis en œuvre pas seulement en Corée mais aussi dans d’autres pays…

Le « natural farming » en Asie, est une pratique agricole naturelle moderne qui allie la durabilité des anciennes techniques de culture asiatiques avec les méthodes de production scientifique occidentales pour entraîner une croissance phénoménale et adaptée à tous les climats du monde.

Il nous vient de Corée et est étudié partout dans le monde dans le but de parfaire la collaboration « cultivateurs et cultivés » pour un équilibre harmonieux et le respect de tout être vivant. 

À la base, c’est un partenariat entre les sols et leurs bios et un ensemble de formules pour l’amélioration de la croissance des plantes grâce à des biostimulants. L’objectif est d’apporter de la fertilité par l’équilibre des sols et de leur microcosme.

Les praticiens construisent des communautés microbiennes robustes résultant en des sols fertiles, plus de nutriments disponibles pour les plantes et renforcent scientifiquement les processus naturels pour aider la nature en ajustant et en adaptant les pratiques si nécessaire.

Les 9 solutions vitales du « natural farming » pour la terre, les plantes, les animaux et les humains :

1. Les Microbes… Micro-organismes indigènes

Divers microbes indigènes formés au travail d’équipe pour enseigner au sol comment équilibrer et utiliser les ressources naturelles environnantes pour soutenir une croissance dynamique. Les microbes du sol vivant en bonne santé constituent la base du « natural farming » coréen !

2. La Police… Les bactéries lactiques

Travailleurs d’urgence. Des microbes qui agissent comme la police ou la garde nationale pour rétablir l’équilibre et maintenir la paix après une perturbation.

3. Des aliments… Le jus de plante fermenté

L’essence pure d’une plante contenant un profil nutritionnel complet, y compris des hormones et des enzymes complexes sous une forme disponible pour les plantes. Imite les exsudats végétaux.

4. Un nettoyant… Le vinaigre de riz brun

Le vinaigre à base de céréales ou de fruits mûrs agit pour inverser la polarité d’une cellule lors de la métabolisation, passant d’acide à alcalin, permettant ainsi à la cellule de se nettoyer et d’être ouverte à l’absorption de nouveaux aliments. Beaucoup d’autres fonctions passionnantes !

5. Les médicaments… Nutriments à base de plantes orientales

Les thèmes communs sont les herbes orientales traditionnelles qui aident à la digestion et à la reproduction, d’abord fermentées puis teintées. Donne aux plantes une immunité face aux agents pathogènes.

6. Pour la structure… Phosphate soluble dans l’eau

Utilisés régulièrement, les os fournissent des racines et une structure solide, ce qui rend les plantes grandes et fortes. Aide à renforcer une plante contre les parasites.

7. Le carburant… L’acide aminé de poisson

À utiliser avec parcimonie, un aliment qui rend les plantes pulpeuses, rondes et pleines. Il contient des acides aminés qui aident à produire rapidement de l’ADN pour faire pousser les feuilles.

8. Pour la reproduction… Calcium soluble dans l’eau

Le calcium transfère les glucides accumulés en sucres et aide à la formation des fruits et des graines, il rend les fruits plus doux et leur donne une peau plus souple.

9. Pour les mineraux… L’Eau de mer diluée

Chaque élément est présent dans la mer et en le diluant à la même salinité que votre sang, ils peuvent être absorbés par les plantes pour combler les besoins en oligo-éléments et améliorer la qualité des sols par floculation.

Les recettes sont en principe toutes comestibles, mais il existe de nombreuses approches, les praticiens expérimentés auront une approche hybride et font leurs propres expériences pour tirer le meilleur parti de ces recettes et les adapter à leurs milieux de vie.

Voici la definition du « Korean Natural Farming » de Maitre Cho, le Gourou de l’agriculture naturelle Coréenne :

  • Le « natural farming » est une méthodologie agricole favorisant la protection de l’environnement et de la vie.
  • Le « Natural farming » utilise des ressources naturelles produites localement par les agriculteurs eux-mêmes avec des produits de la ferme naturels aidés par des organismes indigènes disponibles localement.
  • On utilise des micro-organismes au lieu d’utiliser des herbicides et des pesticides.
  • Le « natural farming » donne des produits agricoles supérieurs avec une plus haute productivité, le coût et le travail sont réduits au minimum en maximisant le potentiel de la nature.
  • Le « natural farming » recherche l’harmonie avec la nature et est basée sur les lois de la nature.
    • 1 les forces vitales : eau, chaleur, air
    • 2 les chaleurs : chaleur du ciel, chaleur du sol
    • 3 les corps : ciel, terre, air)
  • Le « natural farming » n’utilise pas du tout de pesticides.
  • Le « natural farming » n’utilise pas d’herbicides.
  • Le « natural farming » ne favorise pas le labourage mécanique de la terre.
  • Le « natural farming » n’utilise pas d’engrais chimiques.
  • Il n’y a pas de pollution provenant des étables d’élevage de l’agriculture naturelle.
  • Les granges et les enclos de « natural farming » n’ont pas besoin de chauffage artificiel.
  • Au lieu d’utiliser des combustibles fossiles ou de l’électricité pour se chauffer, nous aidons le bétail à développer une résistance naturelle au froid.
  • Les aliments naturels fabriqués localement par les agriculteurs.
  • Les poulets sont nourris avec des grains de riz brun entiers et des feuilles de bambou immédiatement après l’éclosion. Les aliments riches en fibres renforcent leurs intestins.
  • Le « natural farming » élève des cultures et du bétail en se basant sur la théorie du cycle nutritif. C’est une théorie qui nous permet d’identifier les stades de croissance des plantes et des animaux.
  • Les fruits du « natural farming » ont un bon goût et une bonne odeur en raison de la bonne utilisation des ressources agricoles, au bon moment, à des taux appropriés et en quantité appropriée.
  • Les cultures agricoles naturelles ne souffrent pas de l’épuisement du sol en raison de la capacité de restauration du sol aidée par les micro-organismes et la gestion des cultures basée sur le cycle des nutriments.
  • Le riz du « natural farming » est plus riche que le riz ordinaire en glucides et autres nutriments essentiels. En « natural farming », les plants de riz ont des espaces plus larges entre eux pour leur permettre de respirer grâce à une meilleure circulation d’air.
  • La grange « natural farming » est conçue pour fournir un environnement optimal pour le bétail, en tenant compte des caractéristiques sociales de chaque animal et de ses besoins en espace pour une vie confortable.
CHO GLOBAL NATURAL FARMING

Dr. Cho, Global Natural Farming (CGNF). Fondateur et promoteur de ce réseau d’agriculture naturelle depuis 1965. Ses pratiques novatrices et étonnantes de production agricole améliorant la qualité des aliments sont révolutionnaires.

References : Natural Farming Hawaii

Associer des légumes
Associer des legumes complémentaires pour leur bien-être

Notre expérience modeste et simple en « natural farming »...

Nous pratiquons une agriculture bio et assez simple…

En gros nos ne labourons pas nos terres nous amendons notre terre simplement de compost . En Thaïlande les terres étant assez pauvre et les agriculteurs avec leur pesticide n arrangeant pas la situation il est important de faire du bon compost, du coup on amende de compost à chaque fois que nous plantons…

Nous ne laissons jamais la terre nue le paillage est très important…

L’objectif est d’obtenir un terrain meuble et souple, dans lequel les racines n’auront pas de mal à s’enfoncer.

Une plante ne se nourrit bien que dans un sol vivant : il faut donc entretenir la fertilité du sol avant de nourrir la plante. C’est le rôle du compost, un fertilisant organique, mélange de végétaux décomposés que fabrique nous-même avec les déchets du jardin et de la cuisine.

Vous avez tout à gagner à commencer à préparer la terre, puis à laisser la nature travailler à votre place.

Tout commence par un assouplissement du sol, à la grelinette (ou aérobêche) si votre terre n’est pas trop lourde pour cela. Sinon, retournez la terre à la fourche bêche, à rosses mottes, sans émietter ni ratisser après. Les vers de terre ont du travail pour deux mois et ils aiment ça ! Étalez de la matière organique à la surface de votre sol, après l’avoir décompacté. Ne lésinez pas sur les quantités : une couche de 5 à 10 cm d’épaisseur n’est pas excessive. Laissez ensuite reposer tel quel, sans enfouir.

Une fois le sol amender et pailler c est alors que le natural farming intervient mais attention pas n’importe comment. Il est important de bien connaître son potager et jardin , de savoir identifier de quoi les plantes ont besoin et de quoi aussi elles n ont pas besoin.

Pour se développer, les cultures ont besoin d’eau, de lumière, de carbone, d’oxygène et d’éléments minéraux.

L’air fournit l’oxygène et le gaz carbonique, source du carbone, que la plante fixe grâce à la photosynthèse. Les principaux éléments nutritifs dont la plante a besoin sont l’azote, le phosphore et le potassium. Une fois que vous savez identifier les besoins de vos plantes dans se cas le natural farming peut être d’une grande aide…

Il faut apprendre à bien connaitre les besoins de vos plantes et de vos sols, et toujours garder à l’esprit que le mieux est l’ennemi du bien… Dans certaines de nos expériences nous avons constaté que trop de compost ou thé compost font mourir les plantes…

woofing en Thaïlande, stage de permaculture en Thaïlande, agriculture bio en Thaïlande, la Thaïlande autrement
Potager dans une école, inspiré de la permaculture.

La permaculture...

La permaculture est un concept agricole inspiré par le modèle d’agriculture naturelle de l’agriculteur Japonais Masanobu Fukuoka (1913-2008). Ce concept a été concrétiser dans les années 1970 par les Australiens Bill Mollison (biologiste) et David Holmgren (essayiste). Le terme « permaculture » signifiait culture permanente. Il combine l’agriculture durable, l’aménagement paysager et l’écologie pour produire de la nourriture, en moins de temps et pour moins d’argent.

Populairement considérée comme une forme « cool » du jardinage biologique, la permaculture pourrait être mieux décrite comme un système de conception pour une vie résiliente et une meilleure utilisation des terres basée sur une éthique universelle et des principes de conception écologique. 

C’est une science appliquée de conception de cultures, de lieux de vie, et de systèmes agricoles humains utilisant également le savoir des sociétés traditionnelles pour reproduire la diversité, la stabilité et la résilience des écosystèmes naturels.

Bien que l’objectif principal de la permaculture ait été de repenser les méthodes de jardinage, d’agriculture, d’élevage et de foresterie, la même éthique et les mêmes principes s’appliquent à la conception des bâtiments, des outils et de la technologie.

Appliquer l’éthique et les principes de la permaculture dans nos jardins et nos maisons nous conduit inévitablement à repenser nos modes de vie pour être plus en adéquation avec les surplus et les limites locales. 

La permaculture est un concept systémique et global qui vise à créer des écosystèmes respectant la biodiversité. L’inspiration vient de la nature et de son fonctionnement.

Pour en savoir plus : https://holmgren.com.au/about-permaculture/

Farmstay in Thailand, an other way to discover
Si vous voulez suivre les principes de la permaculture, vous devez savoir utiliser tout l'espace dont vous disposez pour faire pousser des plantes, aucune zone n'est à négliger.

L'Agrofroresterie

L’agroforesterie est un système de gestion et d’utilisation des terres dans lequel les arbres ou les arbustes sont cultivés autour ou parmi les cultures ou les pâturages. Cette diversification du système agricole annonce une évolution agroécologique, comme les écosystèmes naturels qui a pour but d’améliorer la fonctionnalité et la durabilité du système agricole. Les arbres produisent également une large gamme de produits utiles et commercialisables comme les fruits/noix, des médicaments, des produits du bois, etc…
La biodiversité dans les systèmes agroforestiers est généralement plus élevée que dans les exploitations agricoles conventionnelles. Deux espèces végétales en interaction ou plus dans une zone donnée créent un habitat plus complexe pouvant accueillir une plus grande variété de faune…

La captation du carbone dans les sols est un important service écosystémique. Les pratiques agroforestières peuvent augmenter les stocks de carbone dans le sol et la biomasse ligneuse.

L’agroforesterie peut contribuer de manière significative à l’atténuation du changement climatique. Une étude réalisée au Kenya a révélé que l’adoption de l’agroforesterie a entraîné simultanément le stockage du carbone dans les sols et l’augmentation des moyens de subsistance chez les petits agriculteurs. Dans ce cas, le maintien de la diversité des espèces d’arbres, en particulier l’utilisation des terres et la taille des exploitations, sont des facteurs très importants.

La sylvopasture (de silva, forêt en latin) par exemple, est la pratique d’intégrer les arbres, le fourrage et le pâturage des animaux domestiques d’une manière mutuellement bénéfique. Elle utilise les principes du pâturage géré et constitue l’une des nombreuses formes distinctes d’agroforesterie.

Notre expérience…

Pour rappel, L’agroforesterie repose sur l’association de la plantation d’arbres avec d’autres cultures pour jouer la complémentarité et tirer des effets bénéfiques. Donc l’idée est créer un jardin selon le modèle de la forêt naturelle. Il comporterait différents étages de végétation tels des grands arbres (fruitiers ou à coques), des arbustes ou arbrisseaux (petits fruitiers), des buissons (à baies ou aromatiques) et des plantes herbacées (légumes vivaces, plantes aromatiques, médicinales, matériaux de construction, des fibres, des matériaux pour la vannerie, du miel, du bois de chauffage, du fourrage pour nourrir les animaux, du paillis, du gibier, des produits de la sève, de la teinture et de l’huile tout en nécessitant peu de travail une fois que le système a atteint une certaine maturité. 

Lors de notre installation, nous avions déjà créé une micro forêt comestible. En deux ans et demi, nous avons déjà doublé cette surface. Et à ce jour nous avons près de 500 arbres fruitiers sous serre qui attendent d’être plantés…

Si vous désirez en savoir plus sur l’agroforesterie, n’hésitez pas à parcourir cet article de notre blog.

agroforesterie en Thaïlande
L’agroforesterie repose sur l’association de la plantation d’arbres avec d’autres cultures pour jouer la complémentarité et tirer des effets bénéfiques.

Vous êtes en Thaïlande ? Chanceux ! vous désirez faire un stage de permaculture ? Voici ce que nous vous proposons...

Stage débutants : 

Étayée sur une éthique et des principes forts, la permaculture est un outil basé sur l’observation des écosystèmes naturels (leur efficacité, leur productivité, leur stabilité, leur résilience…) afin d’en déduire des principes qui permettront de créer des systèmes autonomes, durables et applicables à de nombreux domaines : jardin, ferme, habitation, village…

Au cours de ce stage de permaculture, les participants apprendront donc notamment à aiguiser leur sens de l’observation afin de découvrir comment mettre en interrelation les éléments présents dans le jardin, et à travailler avec la nature et non contre elle. A l’issue de cette initiation, les participants auront acquis les principes de base de la permaculture, ainsi qu’une première approche des outils qui permettent sa mise en application.

EN SAVOIR PLUS

woofing en Thaïlande
stage de permaculture, woofing en Thaïlande, cours d'agriculture bio
stage de permaculture, stage en Thaïlande

Vous pouvez aussi chercher votre bonheur parmi nos articles de blog...


Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :