Les forêts comestibles

Les forêts comestibles, un nom enchanteur pour de vraies solutions durables…


Personne ne fertilise ou n'irrigue une forêt... La forêt est autonome... Si vous êtes capable de recréer une forêt nourricière alors votre principal effort sera d'en récolter les fruits...

Si vous avez déjà erré sur les routes secondaires d’un pays tropical en développement, vous savez que de nombreux habitants cultivent une grande partie de leur propre nourriture. Vous avez peut-être aussi remarqué que leurs potagers ne sont pas entièrement composés de petits légumes annuels plantés en rangées droites comme les nôtres. Ce sont généralement des plantations d’arbres comestibles, d’arbustes, de vignes et de couvre-sol d’aspect sauvage qui se mélangent sans effort, comme si Mère Nature avait planté le jardin selon sa propre conception. Ce sont littéralement des forêts comestibles, des jardins forêt…

Sous ces nombreuses appellations se cache un seul et même écosystème cultivé. Combinant les principes de la permaculture et de l’agroforesterie, il permet de modifier n’importe quel bout de terrain, quelques soit sa grandeur , en jardin comestible luxuriant et durable…

Agroforesterie en Thaïlande
Agroforesterie en Thaïlande

Le jardinage forestier est pratiqué depuis des millénaires dans de nombreuses régions tropicales, mais il est également possible dans des climats plus tempérés...

Les forêts comestible ont également occupé une place prépondérante dans le mouvement de la permaculture, une approche différente des systèmes agricoles modernes, qui imitent les écosystèmes naturels.

En voici le principe en résumer :

🌳L AGROFORESTERIE  désigne l’ensemble des pratiques associant arbres, cultures et parfois animaux, sur une même parcelle, en recherchant la complémentarité entre les différents éléments. Par exemple, les arbres remontent l’eau et les minéraux des sols profonds, qui vont profiter aux cultures de surface. De plus, 40 % de la biomasse des arbres retourne à la terre, chaque année, ce qui entraîne un enrichissement constant du sol.

🌳La PERMACULTURE vise, dans son application au jardin et potager, à imiter la nature pour cultiver des récoltes abondantes. Il s’agit, concrètement, de mettre en place des systèmes qui possèdent les mêmes caractéristiques en matière de diversité et de résilience que les écosystèmes naturels.

🌳Dans cette dynamique, le jardin-forêt est donc un jardin comestible, qui imite la structure et la diversité d’une forêt naturelle. Il comporte différents étages de végétation (STRATES). Arbres nourriciers, fruitiers , arbustes, vivaces herbacées, aromatiques, légumes racines, lianes comestibles ou encore champignons y sont habilement associés. Parfois, on y trouve un plan d’eau qui enrichit encore la complexité du système. Pour notre part nous y avons également installer 1 potager et des ruches également en espérant avoir une meilleure pollinisation…

Associer des légumes
Agroforesterie en Thaïlande

Pourquoi une forêt comestible ?

Elles sont comme le jardin biologique ultime. Une forêt a-t-elle besoin de labourage, de désherbage, d’engrais ou d’irrigation ? Non , Et c’est le but.

Parce qu’il s’agit principalement de cultures pérennes, il n’est pas nécessaire de labourer. Ne pas labourer préserve la structure naturelle du sol, empêchant la perte de la couche arable et permettant à tous les petits microbes et créatures du sol de faire leur travail, de recycler les nutriments et de maintenir la fertilité. Les racines profondes des arbres et des arbustes les rendent beaucoup plus tolérants à la sécheresse que les légumes annuels, et ils ombragent les petites plantes en dessous, gardant tout luxuriant et humide dans un système auto-entretenu, en d’autres termes, un système hautement durable…

Apiculture en Thaïlande
Apiculture chez Suwan Organic Farmstay

Comment construire un jardin - forêt ?

La première étape dans l’établissement d’une forêt alimentaire consiste à choisir vos plantes. Les plus grandes plantes atteindront le soleil, de sorte que les arbres et arbustes fruitiers sont les plus courants . Les plantes plus petites doivent généralement être plus tolérantes à l’ombre, car elles le seront dans le sous-étage. Mais vous pouvez laisser des zones ensoleillées ici et là, comme de petites clairières forestières, pour accueillir les espèces qui ont besoin de plus de lumière (voir l’étape 3 pour une astuce pour tirer le meilleur parti de la lumière du soleil disponible).

  1. LA CANOPÉ: Cette couche est principalement destinée aux gros arbres à noix qui nécessitent le plein soleil tout au long de la journée, tels que les noix de pécan, les noix et les châtaignes, nous utilisons également le teck
  2. SOUS LES VIEUX ARBRES  : Cette couche est destinée aux petits arbres à noix, comme les avelines, et à la majorité des arbres fruitiers. Les arbres fruitiers les plus tolérants à l’ombre comprennent des espèces comme le mûrier noire papaye, mangue, vignes : les raisins, les kiwis et les fruits de la passion sont les vignes comestibles les plus connues, bien qu’il existe de nombreux autres spécimens plus obscurs à considérer, dont certains sont assez tolérants à l’ombre, comme ), la chayote (une courge vivace ) et l’arachide (racine vivace).
  3. LES PLANTES HERBACÉES : Cette catégorie comprend non seulement les plantes communément considérées comme des herbes – le romarin, le thym, l’origan, la lavande, la menthe et la sauge sont quelques-unes des meilleures herbes culinaires vivaces à considérer pour votre jardin forêt – mais c’est un terme fourre-tout pour toutes les plantes à feuilles qui dorment sous le sol en hiver et repoussent de leurs racines au printemps. Cette couche est celle où s’intègrent les légumes vivaces, comme les artichauts, la rhubarbe, les asperges et les courges et aubergine thaïe …
  4. LES COUVRE-SOL : Ce sont des plantes vivaces qui s’étalent horizontalement pour coloniser le plan du sol. Les exemples comestibles incluent les fraises ,l’oseille les capucines ici on la pastèque et melon également.
  5. LA RHIZOSPERE : Cela fait référence aux plantes-racines. C’est un peu trompeur de l’appeler une couche séparée, puisque la partie supérieure d’une culture de racines peut être une vigne, un arbuste, un couvre-sol ou une herbe, mais c’est la façon de Hart de nous rappeler de considérer le pot de production alimentaire.
Foret comestible en Thaïlande
Forêt comestible sous le soleil de la Thaïlande

Mais attention !

Le choix des espèces qui seront plantées dans votre jardin-forêt demande réflexion et connaissances des guildes. Il s’agit, en permaculture, des associations de plantes qui coopèrent entre elles, afin de mieux prospérer. Certains végétaux attirent les pollinisateurs, d’autres fixent l’azote ou encore repoussent les insectes ravageurs. Leurs différentes formes végétatives leur permettent de ne pas être en concurrence entre elles. Les guildes sont une combinaison de formes et de fonctionnalités, basées sur les cohabitations naturelles. 

En observant la nature, on retrouve des associations naturelles de plantes sauvages qui ont choisi de pousser ensemble. En permaculture, nous allons alors chercher à recréer ces guildes naturelles. L’étude et l’identification de ces guildes s’appelle la phytosociologie.

En forêt comestible, pour des jardins diversifiés, abondants et durables, nous avons tout intérêt à nous inspirer de la nature. Loin de l’agriculture traditionnelle prônant la monoculture, le modèle naturel nous enseigne les bienfaits d’une culture diversifiée, multi-étagée, dense, composée de plantes qui se soutiennent et s’entraident.

Les guildes sont la clé de la conception des jardins-forêts et de ce qui constitue leurs principaux atouts : résilience, abondance et biodiversité…

Pour qu’une guilde fonctionne, partez du principe que vous devez regrouper des végétaux remplissant au moins trois fonctions différentes parmi les suivantes :

  • Les fixateurs d’azote 
  • Les plantes remontant des éléments minéraux
  • Les plantes structurantes pour le sol, le décompactant par leurs racines
  • Les plantes structurantes pour les parties aériennes (faisant de l’ombre, protégeant du vent, servant de tuteur…)
  • Les plantes attractives (pollinisatrices ou attirant les prédateurs, protégeant par là même leurs voisines)
  • Les plantes répulsives pour les indésirables.
Forêt comestible, arbres et arbustes
Forêt comestible, arbres et arbustes

Conclusion

L’agroforesterie peut avoir d’immenses avantages pour l’environnement et l’agriculteur. Pour les agriculteurs, la capacité de maintenir une sorte de contrôle sur les terres et la production face au changement climatique signifie que l’agrofresterie pourrait être très prometteuse pour le secteur agricole.

Sur le plan environnemental, la capacité de l’agroforesterie à aider à prévenir l’érosion du sol tout en aidant simultanément la rétention d’eau et en favorisant la fertilité du sol pourrait aider à fournir une solution pour les zones où les pluies sont irrégulières ou pourraient devenir irrégulières en raison du changement climatique tandis que les plantations denses d’arbres aideraient également à absorber le CO2 et réguler la température locale.

En résumé, les objectifs d’un jardin-forêt consistent donc en la création d’un écosystème durable, diversifié et densifié, assez résilient pour faire face aux perturbations telles que le réchauffement climatique, et qui vous offrira des récoltes abondantes.

Quelques associations d'agroforesterie...


Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :